Le renforcement et les renforçateurs

Qu’est-ce que le renforcement ?

Un renforcement est un stimulus qui, présenté de façon contingente à un comportement, va augmenter la probabilité d’apparition future de celui-ci.

Les différents types de renforcement

Le renforcement positif est un processus par lequel une conséquence agréable rend un comportement plus probable. On obtient quelque chose d’agréable comme des félicitations, un salaire, un bisou, un jeu, un compliment…

Le renforcement négatif est la suppression de quelque chose, rendant un comportement plus probable. On nous retire quelque chose de désagréable telle qu’une douleur qui s’arrête, une pause dans une activité difficile, des vacances).

Ces deux types de renforcement seront explicités dans l’article « Contrôle instructionnel ».

Qu’est-ce qu’un renforçateur ?

Un renforçateur, ça renforce un comportement apparu dans un contexte. Il s’agit du lien, dans le schéma ABC, entre le A et le B.

Il existe de nombreuses classifications des renforçateurs.

  1. Selon l’origine de leur efficacité

  • Primaires = inconditionnés = innés

Les renforçateurs primaires sont tout ce qui est lié à la survie de l’espèce humaine et aux besoins vitaux. Ce sont des stimuli aux propriétés renforçantes intrinsèques et indépendantes de toute histoire d’apprentissage (nourriture, boisson…). Ils sont innés et concernent tous les humains.

  • Secondaires = conditionnés = acquis

Les renforçateurs secondaires ne sont pas innés et ne concerne pas tous les humains. Ils sont propres à l’individu en fonction de son vécu, de ses intérêts propres, de ses goûts…

« Ce sont des stimuli qui acquièrent un pouvoir renforçant, parce qu’ils ont été associés à un renforçateur primaire (pairing).

 Ils peuvent être de différentes sortes :

  • Agents renforçateurs sociaux

Ex : Bisous, câlins, sourires, regards, félicitations, chatouilles.

  • Les renforçateurs intermédiaires 

Ils peuvent être : épargnés ou échangés contre d’autres renforçateurs.

Ex : Les bons points, les jetons, les notes, les diplômes, l’argent.

  •  Les activités renforçantes 

Activités que la personne entreprend spontanément, dont le plaisir procuré provient de la réalisation de l’activité elle-même.

Ex: Ecouter de la musique, faire un puzzle,… »[2]

  1. Selon leur lien avec le comportement qui les précède

  • Naturels = reliés « habituellement » au comportement

Ce sont des renforçateurs qui sont présents dans le milieu naturel et vont modifier le comportement. Ils sont uniquement une conséquence naturelle du comportement (J’appuie, par hasard, sur l’interrupteur et la lumière apparait.)

  • Artificiels = arbitrairement reliés au comportement

Ce sont des renforçateurs qui ont été disposés par quelqu’un pour modifier le comportement. Ils font parties du programme thérapeutique (Après avoir travaillé 10 minutes sur une tâche, je peux regarder un DVD. Le DVD n’est pas naturel car il est obtenu).

Il est à noter qu’un comportement renforcé naturellement est un comportement qui va perdurer dans le temps alors qu’un comportement renforcé artificiellement va nécessiter d’être constamment accompagné, félicité… En ABA, on essaie que le renforçateur soit le plus naturel possible.

  1. Selon leur modalité sensorielle

 Cette modalité de classement est particulièrement intéressante pour les personnes avec autisme car on sait qu’ils sont très sensibles au niveau sensoriel.

  • 5 sens
  • Cinétique

Doit-on absolument utiliser des renforçateurs ?

Cette question revient souvent lorsque l’on parle d’ABA. C’est d’ailleurs une des principales critiques émises au sujet de l’ABA car certaines personnes peuvent associer cela à du « dressage ».

En ABA comme dans l’enseignement « classique », l’objectif final est clairement que les activités et les acquisitions soient « auto-renforçantes » et partent de la motivation interne de l’individu. Mais pour atteindre cet objectif final on va devoir au départ utiliser des renforçateurs (des récompenses) comme motivateurs externes. Un intervenant ABA réfléchit à quel renforçateur il va donner au départ, mais également comment il va enlever ce même renforçateur pour qu’à terme l’enfant n’en ait plus besoin.

Comment choisir le bon agent renforçateur ?

« Il doit être facilement contrôlable, il doit avoir une fin, être adapté à l’âge. Il est possible dans un premier temps d’utiliser des stéréotypies comme renforçateur.

L’agent renforçateur doit être propre à la personne, il faut donc procéder à une évaluation des préférences pour déterminer le bon agent renforçateur. »[3]

Evaluer les renforçateurs

Méthode indirecte

Il s’agit d’un questionnaire destiné à l’entourage de l’enfant concerné. Ce questionnaire peut se faire de façon formelle (questionnaire papier) ou informelle lors d’une discussion. Il va nous aider à trouver des pistes d’agent renforçateur. Il faut noter que cette évaluation est rapide mais peu fiable car le proche peut avoir déterminé des objets préférés qui ne sont pas suffisamment renforçants pour acquérir de nouveaux comportements.

Voir le document du site www.ba-eservice.info : méthode indirecte

Observation directe

 « Il s’agit de l’enregistrement du temps passé par l’individu avec les éléments que l’individu peut potentiellement apprécier, placés dans son environnement et laissés en accès libre, sans demande, contrainte ou restriction. Plus le temps passé avec l’activité ou passé avec l’élément est important, plus la préférence à celui-ci sera présumée. En outre, l’affect positif avec ces éléments et activités pourraient être notés (ex : rire, sourire). L’observation directe se traduit généralement par des informations plus précises concernant les préférences que les méthodes indirectes, mais il faudra aussi plus de temps et d’efforts. »[4]

Voir le document du site www.ba-eservice.info : observation directe

Evaluation systématique

« L’évaluation systématique consiste à présenter les objets et les activités dans un ordre préétabli à l’individu pour révéler une hiérarchie des préférences. Cette méthode nécessite le plus d’efforts, mais c’est la plus précise. Il existe de nombreuses méthodes d’évaluation de préférences différentes, qui toutes entrent dans l’un des formats suivants : un seul article, jumelé, et à choix multiples (Cooper, Heron, et Heward, 2006).

  • Single item: L’évaluation d’un seul article de préférence (ou « successive choice ») est la méthode la plus rapide et la plus simple. Les objets et activités sont présentées un à la fois et chaque article est présenté à plusieurs reprises dans un ordre aléatoire. Après chaque présentation, des données sont enregistrées sur la durée de l’engagement à chaque objet ou activité.

Voir le document du site www.ba-eservice.info : single item

  • Paired method ou “forced-choice”: Cette évaluation implique la présentation simultanée de deux articles ou activités en même temps. Tous les articles sont jumelés systématiquement avec tous les autres éléments dans un ordre aléatoire. Pour chaque paire d’éléments, l’individu est invité à en choisir un. Cette méthode prend beaucoup plus de temps que la méthode  unique élément , mais seront classées par ordre les préférences les plus fortes aux préférences les plus faibles.

Voir le document du site www.ba-eservice.info : paired method

  • Multiple choice method : Ce procédé est une extension de la méthode appariée avec trois item ou plus. Il existe deux variantes de cette méthode : avec et sans remplacement. Dans le choix multiple avec la méthode de remplacement, quand un objet est sélectionné, tous les autres objets sont remplacés dans le prochain essai.  Dans la méthode sans remplacement, les autres objets ne sont pas remplacés et il n’y a pas de nouveaux éléments disponibles. »[5]

J’ai pris le soin de citer chacune de mes sources mais il s’agit d’une retranscription et d’une interprétation personnelle. De ce fait et vu le caractère complexe de l’ABA, je ne prétends pas avoir tout compris… 😉 Je suis restée fidèle à la littérature et aux auteurs que j’ai consultés mais… une erreur est si vite arrivée. Soyez indulgents avec moi !

[2] KESER, L. Renforçateur et renforcement positif. http://www.ba-eservice.info/renforateur-et-renforcement

[3] KESER, L. Renforçateur et renforcement positif. http://www.ba-eservice.info/renforateur-et-renforcement

[4] KESER, L. Renforçateur et renforcement positif. http://www.ba-eservice.info/renforateur-et-renforcement

[5] KESER, L. Renforçateur et renforcement positif. http://www.ba-eservice.info/renforateur-et-renforcement

CDV-recto

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Up ↑

%d blogueurs aiment cette page :